Accueil > Œuvre > Notices > Premier Quatuor à cordes

Premier Quatuor à cordes

jeudi 1er juillet 1982, par Jacques Huybrechts

- 1924

- Premier Grand Prix du Festival d’Ojay Valley (Californie 1926)

Debussy c’était le style, puzzle prodigieux qui, assemblé, formait l’image d’un monde. A cause de ce style l’influence de Ravel semble manifeste et pourtant il ne s’agira jamais que d’emprunts techniques à court terme. Ravel déjà opposé à Debussy par sa personnalité, deviendra rapidement un adversaire. S’il existe un rapport de filiation directe avec ce premier, on peut dire que le second lui est presque contraire sur tous les points. C’est l’éternel enchanteur dont l’esprit séducteur se dérobe sans cesse. Il comprendra vite le jeu de ce montreur de merveilles qui ne se montre jamais. Son esprit fondé sur Debussy l’a sauvé des sortilèges raveliens. Ce désaccord salutaire se manifeste jusque dans l’iconographie intime. Si Debussy occupa une place réservée à la divinité, Ravel n’aura jamais l’honneur de ses murs !

Extrait par le Quatuor de l’Opéra National de Belgique

Le premier Quatuor à Cordes d’abord intitulé : Poème « à l’adolescent que je fus » (Rimbaud) est terminé en juillet 1924.

Des similitudes d’écriture, un certain raffinement ne peuvent plus nous tromper. Il en dit trop, Debussy aurait fait le dégoûté. Ravel n’aurait jamais voulu signer de tels aveux.

De toute façon le doute s’est installé en lui et moins d’un an après il aura trouvé sa voie. [1]

Jacques A. HUYBRECHTS